Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Portrait de candidat. Interview réalisée par Laura KAYALI-Equipe de campagne UDI MODEM Les Européens

15 Mai 2014 , Rédigé par Modem Val d'Oise Publié dans #Europe

PORTRAITS DE CANDIDAT: NATHALIE ELIMAS, MAIRE ADJOINTE À MARGENCY ÎLE-DE-FRANCE

Découvrez aujourd’hui le portrait de Nathalie Elimas, maire adjointe à Margency.

Considérant que les partis europhobes “font courir un grave risque à la France”, la candidate estime qu’une “réappropriation de l’Europe” est nécessaire.

15 mai 2014|17:33 Nathalie Elimas (@nathalieelimas)

Nathalie-Elimas.fr

“L’Europe, c’est la paix”

Comment résumeriez-vous votre parcours?

Mon parcours n’est pas vraiment linéaire. J’ai commencé par une formation juridique, avant de travailler pendant plusieurs années dans le département des ressources humaines d’un groupe informatique. J’ai ensuite monté mon propre cabinet de recrutement, au sein duquel je suis devenue chasseuse de tête. En 2009, je me suis totalement reconvertie, me tournant vers l’enseignement

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours suivi l’actualité politique . A vingt ans, je militais déjà. Je me suis véritablement engagée en 2007 en rejoignant François Bayrou lors de la création du MoDem. J’ai été séduite par cet élan de liberté, qui s’opposait au traditionnel affrontement entre les clans. Je me suis présentée à plusieurs reprises devant les électeurs, notamment aux élections législatives de 2012, sous la bannière “Le centre pour la France”. Depuis mars 2014, je suis maire adjointe à Margency.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager pour l’Europe?

Je me sens naturellement européenne, tout comme je me sens valdoisienne, francilienne et française. Et si j’ai fait le choix de m’engager, c’est que pour moi, l’Europe, c’est la paix. Le 8 mai, nous avons honoré la mémoire de ceux qui se sont battus pour faire de ce continent une terre de paix. La paix aurait peut-être pu s’installer en Europe en dehors de l’Union européenne, mais probablement pas aussi durablement. Les événements en Ukraine nous rappellent cruellement que la paix et la liberté sont fragiles. Mais je ne suis pas pour autant dans l’eurobéatitude! Je suis consciente que tout n’est pas parfait. Il y a encore des choses à construire, à parfaire.

Justement, que faudrait-il parfaire?

Il y a encore beaucoup à faire. Il faudrait surtout plus de pédagogie. L’Europe semble aujourd’hui inaccessible, technocratique, bureaucratique. Ce n’est pas, à l’heure actuelle, l’Europe des Européens et des citoyens. Il faut se réapproprier l’Europe afin de réellement l’adopter. Ce qui ne sera possible que si nous confions les responsabilités européennes à des hommes et des femmes convaincus par ces nécessités.

Qu’auriez-vous envie de dire aux europhobes?

A ceux qui font des élections européennes une tribune nationale, j’ai envie de dire que leurs discours sont vides et dangereux. Ils font courir un grave risque à la France. Ce qu’ils disent est empreint de démagogie, ils font de la politique politicienne, et je leur demande de prendre leurs responsabilités.

Questionnaire de Proust (revisité)

Quel est votre principal trait de caractère? La ténacité et la persévérance. Je suis quelqu’un de volontaire et une femme engagée.

Quel est votre passe-temps favori?L’actualité politique sous toutes ses formes. Mais aussi ma famille et mes quatre enfants. Je suis une maman poule!

Quel est votre auteur préféré? Je lis un peu de tout. J’aime beaucoup les biographies, notamment celle de Simone Veil. Parmi mes livres favoris récemment, on compte Les Conquérantes de Christine Clerc, et l’Eloge de la faiblesse d’Alexandre Jollien.

Quel est votre personnage de fiction préféré? Robin des bois, pour sa défense de la justice sociale.

Quel est le personnage historique que vous admirez le plus? Charles de Gaulle et Nelson Mandela.

Quelle est la réforme que vous admirez le plus? Celle qui nous permet d’être éléctrices et éligibles: le droit de vote des femmes. Aujourd’hui, il faut encore avancer. Cette réforme, essentielle, ne suffit pas.

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout? L’hypocrisie et l’injustice. Mais aussi la mauvaise foi. On ne peut pas lutter contre la mauvaise foi!

Quelle est pour vous la valeur principale de l’Europe? L’union, la force et notre destin commun.

Quelle est votre devise? Quand on veut, on se donne des moyens et quand on ne veut pas, on se donne des excuses.

retrouvez l’intégralité de cette interview sur le site de campagne des Européens:http://www.leseuropeens.eu/portraits-de-candidat-nathalie-elimas-maire-adjointe-a-margency.html

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article